Archive

Posts Tagged ‘design graphique’

Brouillon : Wendigo

Loin du produit fini, mais je compte peaufiner celui-là un peu plus. Pas certain des yeux, c’est sûrement la partie que je vais retravailler en premier…

20111105-161651.jpg

Publicités

Coup de cœur : EN MASSE

J’aime bien l’art urbain. J’apprécie le graffiti bien fait et bien placé, je suis un fan fini d’artistes comme Banksy et Shepard Fairey, et même si, à mon avis, le tag a à peu près la même utilité et la même esthétique que celle du chien qui lève la patte sur une borne fontaine — marquer son territoire — , je commence à deviner le travail typographique derrière.

 

Mes autres influences sont aussi diverses : des bédéistes aux maîtres anciens, j’ai la fibre visuelle assez sensible, et je ne suis pas le seul, apparemment.  Jason Botkin et Rupert Bottenberg sont derrière EN MASSE, un projet à la croisée des chemins entre l’imagerie commerciale, la bédé underground, le graffiti et les beaux arts. Le projet est une plateforme qui rassemble des artistes d’horizons différents qui le permet de construire une vision collective qui dépasse ce qu’ils pourraient créer individuellement.

Le résultat, des murales en noir et blanc, qui poussent ça et là dès que l’opportunité se présente, et assez souvent suite à des demandes. Pour ma part, je les ai découverts au fil d’une promenade nocturne sur Sainte-Catherine, en croisant une murale qu’ils ont réalisé pour le festival Under Pressure. Et si je ne m’abuse, je les a aussi croisés à un événement ou deux auparavant. Toujours la même fascination de les voir à l’œuvre, toujours le même émerveillement d’admirer le résultat final.

Et toujours le même coup de pied au cul : se lancer, dessiner plus, obéir aveuglément à l’appel de se dépasser…

Vous pouvez les suivre sur leur site (superbe, soit dit en passant!) ou sur Facebook.

Les 3 ans du Patchwork

 

Quand même étonnant, du moins pour moi, d’être capable de mener seul ce bateau depuis trois ans. Parmi toutes les pointes de production, les remises en question et les embûches.

Quand tu te rends compte qu’il te manque des qualités intrinsèques à tout entrepreneur, et que tu t’entêtes à continuer , tu te rends compte que tu as pris de l’expérience et du galon (et que, peut-être un jour, tu vas devenir entrepreneur «pour de vrai»). Maintenant, je vois naturellement les problèmes comme des défis. Je suis conscient que le prix à payer pour avoir cette liberté de créer, à savoir moins de temps et moins d’argent, est quand même un investissement. Que mes défaites sont une source indispensable d’expérience. Que même si l’attrait du salarié est invitant, plus de sécurité, plus d’argent, je ne sais pas si j’y retournerait. Pour éviter les autres designers à l’égo de Kanye West, les patrons qui sont plus là pour prendre des décisions exécutives que pour gérer ce qu’ils ont à gérer, et les règles qui m’interdissent de glander sur les médias sociaux à la journée longue.

Clients, amis, encore une fois, merci pour votre soutien. J’ai des visées pour l’avenir, des plans de croissance, même, si une telle chose est probable. Je vais vers l’avant, mais j’ai une excellente vision périphérique; «vers l’avant», ça râtisse large

 

Catégories :Chez Patch Étiquettes : , ,

Fromage process

Ça faisait longtemps que je caressais le projet de publier quelque chose, mais je ne savais pas si je devais l’écrire ou le dessiner. Si je devais tomber dans le comique ou l’absurde.

Avec le temps qui passera, on verra. Fromage process, c’est mon autobiographie pimpée avec l’aquarium dans le coffre (et dans l’aquarium, il y a des piranhas qui pitchent des lasers, et un poison-nettoyeur qui suce la vitre). La vie trépidante (enfin, je l’espère!) de Tancrède X, mon alter-égo de toujours (depuis 15 ans, du moins), de ses amis, de ses chats, et de ce coin du monde où il ne se passe jamais rien, le très-chic Ah-Ca.

Je ne sais pas moi-même où cette aventure va nous mener, Tank et moi. Je vais m’efforcer de publier deux ou trois pages par semaine, et je ne me donne pas de limite de pages; le feuilleton durera assez longtemps, j’imagine. Encore une fois, ça faisait un bout que je pensais au projet, j’espère le voir évoluer dans la direction que je veux!

fromageprocess.tumblr.com

2 heures du matin…

Parce que rester debout jusqu’à cette heure, pour livrer le projet à l’imprimeur, ça fait partie de mes services. Il faut juste ne pas trop en abuser, d’accord?